DESCRIPTION DE LA LIGNE

Plouaret - Lannion

L'antenne en voie unique Plouaret Lannion se détache à la sortie de la gare de Plouaret, immédiatement après le PN 259, de la ligne Paris Brest qu'elle suit jusqu'au PK 531+800, avant de se diriger vers le Nord, en courbe de 300 m de rayon et en rampe de 10 mm/m. La vitesse est limitée à 60 km/h jusqu'au PK 532+300.

A partir de ce point et jusqu'au PK 541+100, le tracé se caractérise par une descente douce et quasi-continue vers Lannion, au maximum de 13 mm/m, interrompue par de courtes rampes et quelques sections en palier, avec de longs alignements et quelques courbes dont le rayon ne descend pas en dessous de 1500 m. La vitesse est limitée à 80 km/h, sauf entre les PK 538 et 539+200, où un ralentissement à 60 km/h est imposé au droit de l'ancienne station de Kerauzern. Celle-ci comportait autrefois une voie dite d'évitement permettant le croisement des trains et une voie de garage pour les wagons éventuellement laissés dans l'établissement. Ces installations sont aujourd'hui déposées, mais le tracé de la voie principale n'a pas été modifié, si bien qu'il subsiste deux courbes à l'emplacement des anciennes aiguilles de dédoublement.

Du PK 541+100 au PK 546+600, le tracé se caractérise par une série de courbes alternées dont le rayon minimal atteint 300 m, en déclivité continue comprise entre 10 et le plus souvent 15 mm/m. La vitesse est limitée dans cette zone à 60 km/h.

On compte 18 passages à niveau entre Plouaret et Lannion, dont deux privés. 13 sont équipés de signalisation automatique lumineuse et deux demeurent non gardés.

La ligne est exploitée sous le régime du cantonnement assisté par informatique (CAPI) et le dispositif d'arrêt automatique des trains (DAAT) a été installé il y a quelques années. Trois carrés avec avertissement fixe sont installés en gare de Lannion sur les trois voies de départ , le signal de l'avertissement en position ouverte. Un signal lumineux de DAAT complète l'ensemble.

Côté Plouaret, les signaux mécaniques (carrés, disque) ont disparu avec l'installation du BAPR sur la ligne Rennes Brest.

LE MATERIEL UTILISE

Dans les années 1970, la ligne voit circuler des X 3800, les célèbres Picasso appartenant au dépôt de Rennes, qui assurent des trains Plouaret Lannion et Lannion Plouaret, en correspondance à Plouaret avec les express Paris Brest ou Brest Paris. Le matin, l'autorail 8642 partant à 6h12 assure une relation Lannion Guingamp, en correspondance dans cette gare avec le rapide 142 à destination de Paris Montparnasse, qu'il atteint à 11h38.

Le train 8469 du 2/9/82 assuré par le X 4016 marque l'arrêt en gare de Kerauzern
(photo Michel Joindot)
(246 KO)

Les express et rapides sont remorqués par des CC 72000, ou pour les plus lourds, en particulier en fin de semaine, par des couplages de BB 67400.

Le 3609 Paris Brest du 7/7/1979 démarre de Plouaret, remorqué par la CC72057
(photo Michel Joindot)
(250 KO)

Une desserte journalière marchandises est assurée du lundi au vendredi par une machine Diesel BB 63500, à laquelle se substitue au début des années 1980 une BB 67000 ou 67400, et très rarement une CC 72000, pour faire face à la croissance du trafic, liée en particulier à la présence à Lannion d'une importante câblerie. En 1978, la catastrophe de l'Amoco Cadiz entraînera au départ de Lannion un très important trafic de trains complets de pétrole ramassé sur les plages. Ces trains sont remorqués par des BB 67000 ou 67400 en UM. Compte tenu de la diminution du trafic, liée en particulier à la fermeture de la câblerie à la fin des années 80, le train ne circule plus quotidiennement, et une BB 63500 est à nouveau suffisante pour en assurer la traction. Le 25 janvier 1991, c'est la BB 63754 qui assure la dernière desserte, et les installations sont déposées dans les mois qui suivent. Les gares de Lannion et Plouaret ne sont plus desservies aujourd'hui en trafic fret.

Les deux vues qui suivent montrent d'une part le train quotidien au départ de Lannion avec une BB 67000 en livrée d'origine, d'autre part le même train en gare de Kerauzern avec une BB 67400. La voie d'évitement et la voie de débords sur laquelle stationne un wagon plat sont aujourd'hui déposées.

La BB 67045 en tête du train de marchandises quotidien en gare de Lannion le 6 novembre 1980.
(photo Michel Joindot)

La BB 67420, remorquant la 67412 en véhicule en gare de Kerauzern le 7 avril 1978.
(photo Michel Joindot)

A partir de 1982, les X 2100 neufs arrivent à Rennes, libérant du même coup des X 3800 ; les X 2400, puis les X 2100, vont de plus en plus fréquenter la ligne Lannion Plouaret, parfois en jumelage avec des 3800 qui vont disparaître vers 1985.

Les X 2400 eux-mêmes vont être éliminés à la fin de 1988 pour laisser la place aux X 2100, et aux X 4500 mutés de différents dépôts, comme Longueau, Sotteville et Marseille. Les X 2100 vont petit à petit perdre leur livrée bleue d'origine pour celle, verte, de la région Bretagne. Les X 2129, 2130 et 2150, entre autres, seront parmi les derniers à rester en bleu.

X 2130 en livrée d'origine bleue en gare de Lannion le 27 août 1995
(photo Thomas Joindot)

Le 1/11/1988, le train 88464 Lannion Plouaret assuré par le X 2416 et la remorque XR 8252 franchitle PN 5 non loin de Plouaret.
(photo Michel Joindot)

Jusqu'en 1989 circulent en outre des relations directes avec Paris en plein été, mais également à l'occasion des différentes fêtes (Noël, Pâques, Ascension...). Ces trains sont confiés aux BB 67000, puis aux BB 67400 ou CC 72000 du dépôt de Rennes, qui les conduisent jusqu'à cette dernière gare, où le relais est pris par une BB 25200.

Le 3654 Lannion Paris du 29/8/76 démarre de Lannion remorqué par la BB 67060.
(photo Michel Joindot)
(230 Ko)

Le 3652 du 17/4/77 remorqué par la BB 67418 dans la rampe après la gare de Kerauzern.
(photo Michel Joindot)

Le 9/9/90, la CC 72091 est en tête d'un train de pélerins au départ de Lannion.
(photo Thomas Joindot)

L'électrification de la ligne Rennes Brest et surtout l'arrivée du TGV en 1989 induisent un bouleversement complet de la desserte entre Paris et Brest et donc de celle de Lannion. Le dépôt de Rennes perd ses CC 72000 et BB 67400, remplacées par un lot de BB 67300 utilisées avec des rames réversibles régionales (RRR) sur Saint Malo, mais aussi Saint Brieuc en raison du manque de machines électriques. De même, la majorité du trafic fret , en particulier tous les trains complets, est assurée entre Rennes et Brest par des BB 67300 en UM.

Les relations Paris Brest sont assurées soit par TGV directs, soit par express Rennes Brest ou vice-versa en correspondance à Rennes sur des TGV. Une relation quotidienne aller-retour Brest Paris est assurée par une paire d'express directs (3635/3634) utilisant la ligne classique ; d'autres express directs circulent en fin de semaine. Tous sont petit à petit pris en charge par des BB 22200 de Rennes, les 25200 n'assurant plus que du trafic fret.

A compter du service d'hiver 1997/98, les 3635 et 3634 disparaissent entre Rennes et Brest, tandis que les express 13650 et 13659 sont remplacés par des TGV prolongés jusqu'à Brest. Du lundi au jeudi, seul subsiste donc un aller-retour quotidien assuré par un express Rennes Brest ou vice versa en correspondance à Rennes avec un TGV : toutes les autres relations Paris Lannion se font avec un seul changement.

La desserte de Lannion est assurée par des autorails de type X 2100 et surtout X 4500, qui assurent des relations avec Plouaret, Guingamp ou Saint Brieuc, en correspondance dans ces gares avec les express Rennes Brest ou Brest Rennes, ou les TGV Paris Brest ou Brest Paris.

Les X 4500 assurent également la majorité des relations régionales, y compris sur les artères électrifiées. Les Z2 de la Région Pays de Loire, en réutilisation depuis Rennes, assurent un aller-retour quotidien Rennes Brest et quelques circulations autour de Rennes.

Le nombre de X 2100 du dépôt de Rennes a notablement diminué depuis un an, plusieurs d'entre eux ayant été mutés à Limoges en remplacement des X 2200 envoyés eux-mêmes à Marseille pour la desserte de la difficile ligne Nice Coni. Les X 4500 rennais qui viennent ou sont venus à Lannion se répartissent en quatre types :

Le train 88468 à destination de Saint Brieuc va quitter la gare de Lannion le dimanche 6/04/97 à 16h27. Il est assuré par le X 4570 en livrée rouge. Derrière, le X 4550 aux couleurs de la Bretagne et le X 4543 encore en livrée d'origine.
(photo Thomas Joindot

Circulent en outre en été une relation quotidienne par train direct avec Paris (trains 3659 et 3660), un aller le vendredi (train 3657) et un retour le dimanche également par train direct (train 3658), ainsi que des circulations spéciales (trains de pèlerins, trains affrétés par des groupes) au long de l'année. Des machines Diesel BB 67300 du dépôt de Rennes assurent la traction de ces rames entre Lannion et Saint Brieuc.

Le train 3660 au départ de Lannion avec la BB 67320 le 8/8/94.
(photo Thomas Joindot)

5 septembre 1999
Le 5 septembre 1999 est une date essentielle dans l'histoire de la gare de Lannion. Depuis plusieurs mois, la décision d'électrifier la ligne Plouaret Lannion et de construire une nouvelle gare à Lannion a été prise. Le dimanche 5 au soir, le train 88497 en provenance de Plouaret entre en gare, assuré par le X 4600 ; il repart vers Plouaret au train 88494, en unité multiple avec le X 4620. Le dernier train vient de quitter la gare de Lannion.
A partir du lundi 6, des cars remplacent les autorails sur le parcours Lannion Plouaret.
Dès le 6 septembre, les voies sont déposées, les signaux mécaniques enlevés et seul le poste Saxby survivra quelques jours, avant d'être à son tour démoli. Il faudra plusieurs mois de travaux pour niveler le terrain sur lequel seront construites les voies de la nouvelle gare.
A partir de janvier 2000 commence la pose des deux voies avec un quai central et des deux voies de service.
L'électrification commence en avril 2000 à partir de la gare de Plouaret.
Pendant ce temps, le nouveau bâtiment de la gare s'élève peu à peu. Le 29 juin 2000, la SNCF en prend possession et abandonne le vieux bâtiment.

Et maintenant suivons la progression du chantier en quelques images...
 
 

On arase le remblai de l'ancienne voie pour établir la plate forme des voies de la gare.
(octobre 1999)

Les piliers du nouveau bâtiment s'élèvent de terre (novembre 1999)


Pose des voies dans la nouvelle gare. Le quai central  est en cours de construction
(décembre 2000)

L'ancien bâtiment de la gare est toujours debout et reste utilisé pour les fonctions commerciales.

La descente sur Lannion. Au premier plan la voie principale, totalement neuve (rails soudés sur traverses béton). A droite en contrebas, les deux voies de garage établies sur l'emplacement de l'ancienne gare de marchandises. La vue est prise depuis le PN 17, où la nouvelle plateforme se raccorde à l'ancien tracé.

Caché sous les voies de la gare depuis le début du siècle, le ruisseau du MinRan apparaît à ciel ouvert pendant quelques semaines. Il était en effet nécessaire de refaire complétement  la dalle de béton afin qu'elle puisse supporter la gare routière.
(mai-juin 2000).

Le bâtiment est achevé, les installations fixes sont en place : il ne reste plus qu'à bitumer les quais. (juin 2000).
 

Lundi 5 juin 2000
La gare de Lannion, construite en 1881, tombe sous les coups de pelleteuse.

Le retour des trains

Le 15 juin, la ligne est mise sous tension. La rame TGV 330 est la première à venir à Lannion : elle effectue plusieurs aller retours entre Plouaret et Lannion le 21 juin.
La BB 22236 remorquant le train de reconnaissance entre en gare le 22 juin.
Enfin, le vendredi 30 juin; le TGV 8767 en provenance de Paris arrive à Lannion, assuré par la rame 357.
Le samedi 1er juillet, c'est le retour des 4500, assurant les correspondances à Plouaret, Guingamp ou Saint Brieuc avec les TGV.
En juillet août, un TGV effectue un aller retour quotidien entre Paris et Lannion (TGV 8797 Paris 10h20 Lannion 14h15, TGV 8760 Lannion 16h35 Paris 20h40).
Un aller retour est de plus assuré toute l'année en fin de semaine (TGV 8767 Paris 17h35 Lannion 21h36 les vendredis, TGV 8792 Lannion 19h46 Paris 23h35 les dimanches.

La ligne est aujourd'hui équipée du bloc automatique avec compteur d'essieux. Elle est entièrement télécommandée depuis la gare de Plouaret, qui commande l'aiguille d'entrée, les signaux, et effectue les annonces de départ et d'arrivée ; la gare de Lannion n'a donc plus de fonctions de sécurité.
Deux voies de service électrifiées avec tiroir sont accessibles par une aiguille manoeuvrée à pied d'oeuvre.
 
 

Vous voulez retrouver l'ambiance disparue de l'ancienne gare, avec les signaux mécaniques, le passage à niveau, les 3800, 4500 et 72000 ? Les CFCB éditent une série de 6 cartes postales, au prix de 20 F, à commander auprès de :

Michel JOINDOT
La Commanderie Brélévenez
22300 LANNION
mi.joindot@wanadoo.fr

Des imagettes seront envoyées par mél sur demande. Merci d'avance


Page maintenue par Michel et Thomas Joindot

mi.joindot@wanadoo.fr